La bourse d’études et de recherche du MEXT

Ceux qui me suivent sur Twitter savent peut-être que j’ai postulé à cette bourse pour continuer mes études au Japon à partir de cette année, et que j’ai reçu tout récemment la lettre me confirmant son obtention. La procédure de candidature est décrite sur le site du MEXT ici et sur le site de l’ambassade du Japon en France ici, mais quelques détails pratiques manquent un peu à mon goût.

Qu’est-ce que c’est ?

D’abord, « MEXT », c’est le « surnom » du ministère japonais de l’Éducation. Officiellement, c’est le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie, ce qui fait MECSST, raccourci en MEXT. Il offre plusieurs bourses destinées aux étudiants étrangers désireux de poursuivre leurs études au Japon, qui sont considérées comme la « voie royale » pour étudier au Japon, car elles offrent à la fois la gratuité des frais d’inscription (relativement élevés au Japon par rapport à l’Europe continentale), une allocation mensuelle d’environ 150 000 yens, et les billets d’avion pour se rendre au Japon (et en revenir, pour ceux qui veulent).

Ici, je ne vais parler que de la bourse d’études et de recherche (celle que j’ai obtenue). Il y a également une bourse de langue et de civilisation japonaises, qui s’adresse aux étudiants inscrits dans un cursus d’études japonaises d’une université non-japonaise et effectuant une année d’échange universitaire au Japon.

Pour qui ?

La bourse d’études et de recherche s’adresse aux étudiants ayant validé au moins un Master 1 au moment du départ pour le Japon (donc pas forcément au moment du dépôt de la candidature), et désirant poursuivre leurs études au Japon. Le Master 1 français autorise à s’inscrire en master dans une université japonaise (les études de premier cycle durant quatre ans au Japon et non trois), et le Master 2 français autorise à s’inscrire en doctorat. Il faut également avoir moins de 35 ans (au 1er avril de l’année du départ).

La bourse d’études et de recherche couvre toutes les disciplines universitaires. La connaissance du japonais n’est pas obligatoire, sauf dans les disciplines où elle est nécessaire aux études (littérature, philosophie, droit, etc.). Je conseille fortement à tous ceux qui sont intéressés de postuler à cette bourse : la compétition n’est pas vraiment féroce (lors des tests de langue, nous étions à vue de nez une petite cinquantaine de candidats pour une quinzaine de bourses), et les chances de succès sont plus élevées que dans d’autres pays.

Déroulement des études

La rentrée universitaire a lieu en avril au Japon, mais de nombreuses universités autorisent également les nouveaux étudiants à arriver au début du second semestre (généralement en octobre). Dans un premier temps, vous aurez normalement le statut d’étudiant-chercheur (研究生) et la bourse vous sera accordée jusqu’en mars de l’année n+2 (par exemple, pour ceux qui comme moi arriveront au Japon en 2015, la bourse sera dans un premier temps accordée jusqu’en mars 2017). Si vous souhaitez vous inscrire en master ou en doctorat, vous devrez passer l’examen d’entrée de votre université d’accueil pour être admis avant la fin de la bourse (ici, au plus tard en octobre 2016). Si vous réussissez l’examen, la bourse sera prolongée jusqu’à la fin de vos études.

Il est possible de passer l’examen d’entrée avant le début de la bourse afin d’entrer directement en master ou en doctorat, mais je ne le conseillerais pas. D’une part, passer environ un an supplémentaire comme étudiant-chercheur ne coûte rien puisque c’est également couvert par la bourse, et d’autre part vos billets d’avion pour vous rendre au Japon pour passer l’examen ne seront pas pris en charge.

Il est également possible que votre université d’accueil juge votre niveau de japonais insuffisant pour suivre vos études. Dans ce cas, les six premiers mois de votre séjour seront consacrés à des cours de japonais.

Procédure de candidature

Même avant le début de la procédure proprement dite, il n’est jamais trop tôt pour commencer à contacter par courriel les professeurs avec lesquels vous aimeriez travailler. D’après mon expérience, ils sont très disponibles et vous répondront rapidement. Il n’est pas nécessaire, du moins dans les disciplines scientifiques, d’écrire votre message en japonais, mais au moins quelques mots sont toujours appréciés. Pour trouver les professeurs qui travaillent dans votre domaine, vous pouvez par exemple chercher ceux qui publient dans les grands journaux, ou bien fouiller les sites des grandes universités (attention, ceux-ci sont souvent principalement en japonais, avec des versions en anglais réduites à la portion congrue).

1. Le dossier écrit

La procédure de candidature débute à la mi-avril de l’année n-1 (2014 pour moi) : c’est le moment où vous pouvez télécharger les différentes pièces du dossier de candidature depuis le site de l’ambassade. Il ne pose pas de difficultés particulières, mais voici quelques points à retenir :

  • Vous devrez indiquer sur le « placement preference form » trois universités de votre choix (au maximum). Pour le moment, ce choix ne vous engage pas, vous pourrez le modifier par la suite.
  • De même, le projet d’études que vous indiquerez sur le « field of study and study program plan » ne vous engage pas non plus. C’est tout de même un élément important de la sélection, donc il doit être sérieux et crédible.
  • Le certificat médical est très fourni : analyses de sang et d’urine, électrocardiogramme, radio des poumons, etc. Préparez-vous à devoir prendre rendez-vous chez divers spécialistes, et prenez-les à l’avance si nécessaire.

Vous avez environ un mois pour remplir ce dossier et y joindre les pièces demandées (notamment vos relevés de notes et diplômes), puis l’envoyer en six exemplaires à l’ambassade.

2. Les tests de langue et l’entretien

Si votre dossier est retenu, vous serez convoqué pour les tests de langue (anglais et japonais) et l’entretien, qui se déroulent fin juin à l’ambassade à Paris. La page sur le site de l’ambassade comporte un lien vers les anciens tests (pour je ne sais quelle raison, les tests de 2010 sont bien plus difficiles que les autres, ceux que j’ai passés cet été sont plus proches de ceux de 2009). Votre score au test de japonais sera utilisé pour déterminer si vous devrez passer par les six mois de cours de japonais.

Pendant l’entretien, il n’y a pas de piège, ce sont les questions classiques : pourquoi vous voulez aller au Japon, ce que vous voulez étudier, ce que vous comptez faire après, etc.

3. Lettres d’admission des universités

Si vous avez passé la deuxième étape, l’ambassade vous annoncera début juillet qu’elle est prête à vous recommander comme boursier auprès du MEXT. Elle vous renverra votre dossier de candidature, ainsi que trois exemplaires d’un certificat prouvant votre réussite jusqu’ici. Vous aurez alors jusqu’à fin août pour envoyer un exemplaire de votre dossier de candidature et du certificat à chacune des trois universités (maximum) où vous souhaitez étudier (les universités peuvent également demander des pièces supplémentaires). Si l’université accepte votre candidature, elle vous enverra une lettre d’admission, que vous devrez envoyer à l’ambassade. Vous devrez également envoyer à l’ambassade un nouvel exemplaire du « placement preference form », où figurent uniquement les universités qui ont accepté votre candidature.

4. Sélection du MEXT et confirmation de l’université

Une fois que vous avez envoyé tout ça à l’ambassade, elle l’enverra au MEXT, qui décidera s’il vous accorde la bourse ou pas. Vous n’avez rien à faire, et vous recevrez la réponse vers la fin de l’année (je l’ai reçue fin novembre).

Si vous avez toujours plusieurs choix d’universités, le MEXT va alors discuter avec elles pour décider de votre affectation (en tenant compte de vos choix autant que possible). Dans tous les cas, la réponse définitive indiquant votre université d’affectation et votre professeur responsable vous parviendra au début de l’année suivante (je l’ai donc eue mi-janvier).

Et après ?

N’attendez pas d’avoir la confirmation définitive pour prendre contact avec les universités si vous voulez demander un logement universitaire (la date limite pour déposer une demande est généralement aussi en janvier).

Vous devrez retourner à l’ambassade pour déposer votre demande de visa étudiant. Pas besoin de « Certificate of Eligibility », la lettre vous confirmant l’obtention de la bourse en tient lieu.

Sauf impossibilité majeure, vous devrez également assister à la mi-mars à une réunion d’information sur la vie et les études au Japon à la résidence de l’ambassadeur, suivie d’un cocktail (où je ne sais pas encore s’il y a des Ferrero Rocher).

2 réflexions sur “ La bourse d’études et de recherche du MEXT ”

  1. Merci pour toutes ces informations! Je me demandais du coup s’il n’etait pas plus avantageux de passer l’examen d’entrée et obtenir un master japonais? Dans le sens où ça evitera de passer 2 ans de master en France + 2 ans au Japon ><

    As tu instagram ? J'ai quelques questions à te poser si ça ne te dérange pas ~

    Rina

    1. Comme je le dis dans l’article, pour pouvoir entrer en master au Japon il faut d’abord avoir validé un Master 1 en France, car les études de permier cycle au Japon durent 4 ans (même système qu’aux États-Unis).

      Voir la colonne de gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *